Modélisme Naval Le RADOUB du PONANT

Toute la communauté du Radoub du Ponant
vous souhaite la bienvenue.
En fermant cette fenêtre contextuelle vous ne pourrez
consulter qu'une infime partie des rubriques de notre site.
La visualisation de la totalité de son contenu n'est accessible
qu'après inscription, validation de votre compte ET présentation.
Merci pour votre compréhension.

Modélisme Arsenal, Naval, Aérien, Terrestre et Autres.

    Réalisation des mortiers de 12 à plaque pour "La Salamandre" 1752.

    Partagez
    crabe
    Ingénieur Général des Arsenaux
    Ingénieur Général des Arsenaux

    avatar

    Réalisation des mortiers de la Salamandre 1752.

    La base de travail est le dessin du mortier de 12 pouces à chambre poire de la monographie de la Salamandre.
    Les planches de la monographie de Jean Boudriot sont au 1/48, cependant pour un modèle en charpente,
    le 1/36 nous semblait plus judicieux, ne serait-ce que pour un certain confort de travail.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Dessin exécuté au 1/36 sous logiciel 3D Rhinocéros.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Vues 3D sous Rhinocéros pour représenter la pièce sous différents angles.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Mortiers devant l'entrée du fort de Fouras en Charente-Maritime (17).
    Les deux mortiers du Fort de Fouras n'étant pas identiques à ceux qui ont composés l'artillerie de La Salamandre,
    ces quelques vues ne sont placées ici que pour se faire une petite idée de leur volume à l'échelle 1/1.  

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Un sujet concernant les mortiers de Fouras est ouvert sur le site ici : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Dessin coté en vue de sa fabrication.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Le plus dur reste à venir, mais ceci est l'affaire de notre Fondeur,
    Philippe alias Stearghall, à qui je cède le clavier et l'appareil photo a001
    parellum
    Inspecteur Général de la Marine
    Inspecteur Général de la Marine

    avatar

    a009d

    De beaux pas à pas à venir  a033  

    Je m'installe!  

    Amitiés  
    Patrick
    crabe
    Ingénieur Général des Arsenaux
    Ingénieur Général des Arsenaux

    avatar

    a009 Merci Patrick.

    Deux vues de l’ensemble du mortier qui sera sur le pont du navire.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Avec les armatures fer pour maintenir le mortier en place.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Avec l'ensemble des armatures et des bois toujours dans le même but.

    La partie graphique est close !
    ovl
    Second Maître
    Second Maître

    avatar

    Cela va encore être du grand ART quand les deux maîtres s'y mettent, vu la qualité de mes crépines a021 a023
    je vais suivre avec plaisir et attention a034
    Stearghall
    Commissaire Général des Fontes
    Commissaire Général des Fontes

    avatar

    a012

    Présentation du projet de Fonderie.

    Voilà donc que se profile un nouveau défit "crabesque"   à l'horizon, et je dirais même un double défit,
    puisque sur les 6 mortiers à plaque et chambre poire qui vont maintenant être réalisés,
    deux armeront ma deuxième et très prochaine réalisation en Arsenal.

    Le défit que Jean-Claude et moi même avons souhaitez relever ici,
    concerne en premier lieu les mortiers de cette Salamandre de 1752.
    Ces mortiers, devront être coulés en bronze d'époque, en tous points et ornementations conformes aux originaux.

    Afin de pimenter un peu ce défit de réalisation, ils devront également être fonctionnels aux tirs.
    Comme le précise Jean-Claude en introduction, l'échelle de réalisation a été fixée au 1/36 ème suivant
    les plans monographiques au 1/48 ème de Mr J. Boudriot entièrement repris via logiciel Rhinocéros.

    Nous aurons l'occasion tout au long de ce sujet d'aborder des techniques de mise en oeuvre simples, à la portée de tous pour réaliser
    du prototypage en employant des méthodes ancestrales parfaitement maîtrisées depuis de très nombreuses générations.
    Nous aurons également un aperçu et ceci constituera d'ailleurs l'entrée en matière, de ce qu'est le "noyautage", autrement dit
    la coulée sur noyau qui sera une approche modélisée de la technique utilisée dans les Fonderies de Marine depuis le XVI° siècle.

    Jean-Claude  et moi même sommes heureux de partager avec vous cette réalisation inédite des :

    Mortiers à plaque et chambre poire de La Salamandre Galiote à bombes de 1752.

    Après moultes réflexions et observations il s'avère indiscutable qu'un mortier à plaque ne pouvait absolument pas, après sa coulée,
    être réusiné par tournage, tout au plus l'entrée de la chambre pouvait être "réalésée" mais en aucun cas sur la totalité de sa longueur,
    au vue de la forme "en poire" qui constituait son âme de mise à feu, qui était elle même d'un diamètre inférieur à la bouche.

    Pour cette raison et afin de "coller au plus près" de la réalité, il est indispensable de traiter cette pièce par moulage,
    ce qui nous permettra de retrouver facilement sur le mortier modélisé la jonction caractéristique d'une coulée en coquilles.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    La réalisation de l'âme du mortier sera quant à elle, au vue de sa forme spécifique, réalisée sur noyau réfractaire ... nous y voilà !  

    Lors de cette réalisation, un autre petit défit expressément souhaité par Jean-Claude à été de ne pas utiliser de tour à métaux,
    ceci afin de mettre cette technique à portée du plus grand nombre d'entre nous ... hors mis évidemment la coulée haute fusion de bronze,
    ceci n'étant qu'un détail puisqu'il est possible selon le même procédé de couler de l'alliage en basse fusion lors de la phase métallurgique.

    La principale technique employée lors de cette réalisation étant celle de la cire fraisée,
    une présentation du matériel et des matériaux utilisés s'impose à elle même :

    L'outillage :
    - Un brûleur de type Bunsen (environ 25 euros auprès les boutiques spécialisées) relié évidemment à une bouteille de butane ou propane
    suivant les spécificités de la buse du bec Bunsen, via un détendeur adapté au type de gaz utilisé.
    - Un micromoteur à main de type "Dremmel" offrant un mouvement rotatif sans balourd.

    Le petit matériel :
    - Deux ou trois petites sections de profilés aluminium.
    - Quelques instruments rotatifs hors service mais non vrillés.
    - Le matériel de contrôle des mesures habituel (pied à coulisse, réglette métal, compas d'épaisseur ...)
    - Différents instruments de modelage et fraisage sur cire, que l'on peut le cas échéant, soi même fabriquer à l'aide de clous retravaillés.
    - Au moins un manche de bistouri à lames interchangeables.  
    - Quelques lames de racloirs et bistouris (neuves c'est mieux)
    - une petite pochette de mouchoirs type "Kleenex" ... pour ne pas les citer !

    La fourniture et les matières premières :
    - Des cires de fraisage/modelage en boite, j'affectionne tout particulièrement la gamme de la marque YETI.
    - Quelques profilés de cire à modeler.
    - 300 grammes de matériau de duplication polyvinylique.
    - 3000 grammes de matériau réfractaire.
     
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Instrument rotatif hors d'usage mais non vrillé, ici tête de coupe cassée.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


    Dernière édition par Stearghall le Ven 25 Aoû 2017 - 9:16, édité 4 fois
    Stearghall
    Commissaire Général des Fontes
    Commissaire Général des Fontes

    avatar

    a012

    I) - Réalisation du noyau réfractaire de coulée.
    pour la reproduction fidèle de la chambre poire de ce mortier.

    Comme de coutume, un format A4 est imprimé via un transfert de données par Jean-Claude.
    Sur ces plans, toutes les côtes nécessaires à une reproduction fidèle.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    1) - Réalisation de la matrice de fraisage.

    Un instrument rotatif usagé mais tournant sans balourd est sélectionné, ici la tête de coupe est brisée.
    Cette instrument nous servira d'axe de fraisage, nous le verrons et comprendrons aisément plus loin dans ce sujet.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Des encoches peu profondes mais suffisamment larges sont réalisées
    tout autour de l'instrument à l'aide d'un mini disque à tronçonner.
    Ces encoches auront fonction de points de rétention (accroche) pour la cire de fraisage.  

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Un instrument de modelage est alors légèrement chauffé sans excès ... 

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    ... mais suffisamment pour permettre le prélèvement de gouttelettes de cire ...

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    ... qui sont ensuite déposées tout autour de l'instrument rotatif préparé.
    Au préalable la tige de l'instrument rotatif que nous nommerons axe de fraisage,
    a été légèrement chauffée pour permettre une liaison cire métal accrue.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    la cire est ainsi déposée tout autour de l'axe de fraisage, par apports de gouttelettes succésives ...

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    ... jusqu'à obtention d'un diamètre volumique légèrement plus important que le volume de la pièce à réaliser.
    La longueur de notre matrice en cire sera également pour cette réalisation, augmentée du tiers de la longueur
    de la pièce à réaliser. Nous verrons et comprendrons plus facilement par la suite quelles en sont les raisons.     

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    A titre indicatif, avec un peu de pratique, le chargement à la cire de cet axe et pour la pièce concernée,
    a demandé moins de 10 minutes de travail. Une autre technique de chargement est possible,
    nous l'étudierons plus loin dans le sujet lors de la réalisation du corps de ce mortier.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Notre matrice en cire sur axe étant maintenant prête, nous passons à l'étape de fraisage


    Dernière édition par Stearghall le Ven 25 Aoû 2017 - 9:25, édité 1 fois
    Stearghall
    Commissaire Général des Fontes
    Commissaire Général des Fontes

    avatar

    a012

    2) - Fraisage de la matrice à la forme de la chambre.

    L'axe de fraisage chargé de cire est maintenant monté sur le micromoteur à main (type Dremmel ou autre).
    Tout au long des étapes de fraisage sur cire, la vitesse de rotation du micromoteur ne devra pas dépasser 4000 tr/mn
    au risque d'échauffer la cire et de la déformer. J'ai réalisé cette pièce avec une plage de rotation comprise entre 1000 et 3000 tr/mn.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    A l'aide de tous instruments adéquats, il nous faut maintenant fraiser cette matrice de cire en utilisant
    notre micromoteur comme un pseudo banc de fraisage rotatif ...  

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    ... jusqu'à obtenir un cylindre parfait ...

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    ... aux dimensions maximales, dans un premier temps, de la pièce à réaliser.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Les côtes de la chambre poire ayant été identifiées et repérées, la matrice est à nouveau fraisée,
    selon le même protocole que ci-dessus, jusqu'à obtention du volume souhaité.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Nous pouvons maintenant nous consacrer à la phase de finition des formes et utilisons pour se faire,
    tous instruments selon notre convenance en prenant soins bien évidemment de comparer très souvent
    les côtes de fraisage avec celles du plan.  

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Lorsque la forme définitive est atteinte, on peut si besoin est, lisser la surface de cire délicatement et
    sans excès à l'aide d'un tampon réalisé avec un mouchoir de type Kleenex.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Un repérage et deux encoches ont été réalisés sur le premier tiers de la matrice de cire.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Le repérage visualisable par flèche verte, correspond à l'entrée de la bouche du mortier.
    Il sera également le garant du bon positionnement de notre noyau réfractaire dans l'axe longitudinal du mortier.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Les deux encoches visualisables par flèches rouges, sont de formes spécifiquement arrondies et peu profondes.
    Elles seront les garantes du bon positionnement de notre noyau dans l'axe perpendiculaire du mortier.
    Pour ceux qui ne saisissent pas la subtilité de réalisation de ces encoches,
    n'ayez aucune crainte, les étapes suivantes vous éclaireront sur leur nécessité et fonction  

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Les matrices représentant nos noyaux de coulées étant prêtes, nous passons maintenant à l'étape de moulage/duplication en série


    Dernière édition par Stearghall le Ven 25 Aoû 2017 - 9:33, édité 1 fois
    Stearghall
    Commissaire Général des Fontes
    Commissaire Général des Fontes

    avatar

    a012

    3) - Moulage de la matrice fraisée.

    La matrice et son axe de fraisage sont retirés du micromoteur à main.
    A l'aide de moldine ou pâte à modeler, couvrir l'axe de fraisage en formant un cône,
    tout en prenant soins de ne pas dépasser sur la pièce fraisée en cire.
    Rester même très légèrement en retrait, comme le montre ce cliché, est souhaitable.    

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    S'agissant maintenant de réaliser un moule, j'ai donc ici découpé un tronçon dans du tube PVC de 50 mm de diamètre
    sur approximativement 80 mm de hauteur. Ceci fera office de contenant de moulage.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Notre matrice, munie de son cône de moldine est positionnée sur un support lisse quelconque, ici une plaque de verre.
    Le cône est régularisé sans perdre trop de temps mais parfaitement joint au support.
    Attention toujours lors de cette étape que la moldine ne dépasse pas sur la pièce fraisée.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Le tronçon de PVC est à son tour positionné et fixé sur la plaque de verre à l'aide de moldine ou pâte à modeler ...

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    ... en prenant soins de le centrer correctement autour de la matrice de cire fraisée.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Une petit quantité de matériau de duplication polyvinyle est prélevée,
    dans cette configuration de moulage, 100 grammes ont été très largement suffisants.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Après malaxage du produit suivant le temps requit par le fabricant, versement dans le moule ainsi formé,
    sans précaution particulière. Ce produit est d'une utilisation simplement enfantine !

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Remplissage jusqu'à couverture de la matrice avec un minimum de 10 mm de matériau polyvinyle.  

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Notre moule est maintenant terminé, nous le laissons tranquillement assurer sa prise avant de passer
    à la coulées des 6 noyaux réfractaires    


    Dernière édition par Stearghall le Ven 25 Aoû 2017 - 9:38, édité 1 fois
    Stearghall
    Commissaire Général des Fontes
    Commissaire Général des Fontes

    avatar

    a012

    4) - Coulées des 6 noyaux réfractaires.

    Après durcissement complet du matériau polyvinyle, désassemblage du moule. Nous apercevons l'axe de fraisage,
    celui-ci nous sert maintenant de tige de préhension pour extraire sans difficulté la matrice en cire du moule.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    ... et démoulage de la matrice en cire, qui peut aussi être réalisé à l'aide d'une soufflette à air comprimé.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    La précision de reproduction de ce matériau est assez "diabolique" !

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Nous allons maintenant procéder au mélange et au malaxage du matériau réfractaire.
    Il est très très important de scrupuleusement respecter les dosages de mélange poudre/liquide
    préconisé par le fabricant quelle qu'en soit la marque utilisée.
    J'ai personnellement une préférence pour le FeguraVest S de chez Féguramed, mais il en existe
    d'infinies variétés sur de nombreuses marques et à tous les prix.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Les proportions et temps de malaxage ayant été respectés, le réfractaire est coulé dans le moule.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Après durcissement complet du matériau, soit pour ce produit 20 minutes plus tard,
    démoulage de notre premier noyau réfractaire, et ainsi de suite jusqu'à atteindre le nombre souhaité.
    Tous les noyaux sont bien entendu réalisés à l'aide du même et unique moulage.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Le cône de coulée est "dégagé", les noyaux sont stockés en lieu sur dans l'attente de leurs utilisations finales.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Une petite astuce de démoulage lorsqu'il est nécessaire de couler des matrices en série,
    consiste à fendre le PVC du contenant, comme ici avec ce disque à tronçonner diamanté.
    Ceci permet d'écarter légèrement le PVC, et de libérer le moule en polyvinyle.
    Le polyvinyle étant de nature très souple et ainsi libéré de son enveloppe rigide,
    le démoulage des matrices s'en trouvera grandement facilité.  

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    On peut également pratiquer un minuscule forage à l'opposé du cône de remplissage et dans ce cas chasser la matrice à l'aide
    d'une soufflette à air comprimé ou en utilisant tout autre petit instrument non agressif comme ici la tige d'un outil rotatif.
     
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Il sera par contre important de remettre en place le moulage polyvinyle dans son contenant avant chaque nouvelle coulée
    de matériau réfractaire afin de limiter au maximum les risques éventuels de déformations.
    Toujours pour limiter les risques de déformation du moulage et donc des futures matrices coulées,
    il est très important de repositionner le polyvinyle dans son contenant en respectant son exacte position initiale,
    d'autant plus si le contenant ne présente pas comme ici une forme symétrique et régulière.

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Je ne fais aucune remarque sur la qualité de reproduction, même en prenant en considération que pour
    obtenir cette pièce nous avons cumulé 3 étapes ... quand on sait que la multiplication des étapes augmente
    inévitablement les sources d'erreurs, vous pouvez constater ici qu'il n'en est rien !

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Nos noyaux réfractaires étant maintenant terminés,
    Très prochainement, nous passerons à la suite de cette passionnante réalisation,
    avec la confection de la anse chimérique de ce mortier  


    Dernière édition par Stearghall le Ven 25 Aoû 2017 - 11:34, édité 5 fois
    parellum
    Inspecteur Général de la Marine
    Inspecteur Général de la Marine

    avatar

    a009d

    Impressionnant a024
    Je vais suivre avec intérêt a061

    Amitiés
    Patrick
    crabe
    Ingénieur Général des Arsenaux
    Ingénieur Général des Arsenaux

    avatar

    a009
    Hééééé bin, tu retires le noyau sans rien abimer.Sympa, ces matériaux!!!!
    Stearghall
    Commissaire Général des Fontes
    Commissaire Général des Fontes

    avatar

    a012

    Jusque là, c'est tout bon ?, tout le monde suit ?  

    Jean-Claude --> oui, très très sympa comme matériau le polyvinyle  a020

    Patrick --> Fais une réserve de stylos ... le sujet va être long a119


    Dernière édition par Stearghall le Lun 7 Nov 2016 - 22:42, édité 1 fois
    Marco la frite
    Enseigne de Vaisseau 1ère classe
    Enseigne de Vaisseau 1ère classe

    avatar

    Bravo pour l'explication et le boulot
    ça c'est du pro
    Marco
    crabe
    Ingénieur Général des Arsenaux
    Ingénieur Général des Arsenaux

    avatar

    a009

    La classe!!!!!!!, comme tu dis Marco, c'est pro.
    xavero63
    Maître
    Maître

    avatar

    Magnifique pas à pas, très clair, très précis  a026a
    Petite question concernant le malaxage et la coulée du polyvinyle utilisé pour confectionner le moule, et du matériaux réfractaire: y a t'il des précautions particulières à prendre lors de ces deux étapes pour éviter l'éventuelle formation de bulles ??
    C'est un sacré défi, cette réalisation a088 Bravo !
    Amitiés
    Xavier a014
    Stearghall
    Commissaire Général des Fontes
    Commissaire Général des Fontes

    avatar

    a012

    Merci Xavier  a001

    Pour répondre à ta question :
    Lors de l'étude de cette réalisation, nous avons Jean-Claude et moi même fait le choix
    de bannir l'utilisation de tout matériel sophistiqué et onéreux, notamment les tour à métaux (minimum 600 euros en neuf),
    appareils de malaxage et pompe à vide (minimum 800 euros en neuf), ainsi que les dernières arrivées sur la scène du modèle réduit,
    les imprimantes 3D à matériaux (minimum 800 euros en neuf).
    Tout ces appareils sont de surcroît connus et utilisés par les modélistes à un certain niveau et sur certaines disciplines.
    Beaucoup d'entre nous ne rechignent d'ailleurs pas, par soucis d'économie et aussi de résultat, à se fabriquer leur propre outillage
    de tirage au vide pour éliminer ou du moins limiter le bullage inhérent au malaxage des matériaux.
    J'ai d'ailleurs vu certains appareil de tirage au vide réalisé avec de simples pompes à vélo, qui étaient redoutablement efficace  a036    

    J'ai donc sélectionné des matériaux qui sont d'un emploi que je qualifierais d'enfantin.
    Ils ne nécessitent aucune connaissance d'utilisation particulière, mais il faut bien garder à l'esprit
    que plus la quantité de matériau à malaxer est importante, plus le bullage le sera aussi.
    Le silicone lourd ne pose pas de problème de bullage particulier.
    Le polyvinyle non plus dans la mesure ou il est versé dans le moule en un fin filet
    et toujours en un même et unique point de remplissage.
    Idem pour les revêtements réfractaires et les plâtres qui ne seront pas totalement exsangues de micro bulles
    qui seront très facile à éliminer au cours des différentes étapes de réalisation des pièces.
    Nous restons dans un cadre de réalisation avec un budget réduit à minima ... à l'os sur un coin de table !!!

    Maintenant si on veut "rouler" tout confort avec une Rolls,
    c'est possible ... mais    600 + 600 + 800 + 1500 + + + + + +  

    En conclusion : Il y aura des bulles c'est inévitable pour un novice au démarrage,
    tout comme certains vont se prendre la tête avec la chauffe de la cire, tout comme je me la suis prise moi même la première fois
    que j'ai dégraissé ma première membrure en poirier ou certainement la première fois que je vais commettre un bouts  a008
    L'expérience et la vivacité d'esprit du modéliste pallieront petit à petit à ces petits désagrément,
    mais gardez en mémoire, qu'ayant acquis une grande expérience sur le maniement de ces produits,
    ce sera avec le plus grand plaisir que je vous distillerais mes petits tours de "passe passe"
    pour régler vos petits soucis d'utilisation ... et de bullage a019

    Xavier, j'utilise pour cette réalisation un bol de malaxage Wipmix modifié, j'y ai adjoint une poignée en bricolage personnel
    pour un malaxage manuel SANS tirage au vide, mais j'ai de mon côté "Dame expérience"    en malaxage et remplissage.

    Quand j'ai débuté, pas de matériel sophistiqué  a044  tout à l'os et le remplissage se faisait
    en tapotant le moule sur un bloc de caoutchouc surtout pas trop dur,
    de la main gauche pendant que la main droite versait le mélange, et ça fonctionnait aussi parfois même mieux que maintenant  a022

    D'autres questions a024a  ... a119
    crabe
    Ingénieur Général des Arsenaux
    Ingénieur Général des Arsenaux

    avatar

    a009
    Comme d'hab, clair, net et précis.
    Faire un moule avec le produit bi-composant qu'utilisent Mr Frolich et d'autres encore, sans faire de bulles, je me pose des questions, à chaque fois j'avais des bulles qui me pourrissaient la coulée.
    Là, c'est clair et net.
    Merci, Stearghall


    Dernière édition par crabe le Sam 5 Sep 2015 - 13:32, édité 1 fois
    Stearghall
    Commissaire Général des Fontes
    Commissaire Général des Fontes

    avatar

    a012

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit: ... malaxage et coulée du polyvinyle utilisé pour confectionner le moule, et du matériaux réfractaire: y a t'il des précautions particulières à prendre lors de ces deux étapes pour éviter l'éventuelle formation de bulles ?? ...

    Je viens de me rendre compte que je t'ai répondu de façon trop "généraliste", aussi quelques précisions s'imposent !

    Pour le polyvinyle, en gardant à l'esprit que l'on utilise pas de malaxeur avec tirage au vide qui éradiquerait totalement ce problème de bullage :
    La première des choses est d'utiliser un contenant de moulage adapté à la pièce à dupliquer ... pourquoi ???
    1) - Déjà par soucis d'économie du matériau qui n'est pas forcément cher à l'achat mais halte au gaspi ... pour la planète
    2) - Parce que plus l'épaisseur de polyvinyle sera importante tout autour de la pièce à dupliquer,
    moins le matériau sera souple au démoulage ... logique !
    3) - Dans l'esprit ... plus la quantité de matériau est importante plus de bulles il y aura,
    c'est inévitable sans appareil de malaxage sous vide !
    J'affectionne tout particulièrement les tubes PVC sanitaire pour réaliser mes contenants de moulage,
    il en existe une "foulitude" de diamètres, y compris de très petit si on achète de la gaine rigide lisse pour câblage électrique apparent.
    En plus, on ne peut pas dire qu'un mètre de tube PVC sanitaire est cher à l'achat !  

    En ce qui concerne le malaxage du polyvinyle, de plusieurs choses te méfier tu dois jeune padawan  
    - On ne malaxe pas dans un récipient à fond rond avec un instrument carré et vice et versa.
    - Il est important de bien "lécher" les parois du récipient de mélange avec l'instrument de malaxage afin de ne pas se retrouver
    au moment de verser le produit avec des traces d'un des composants qui ne serait du coup pas mélangé, ça nuirait à la prise du matériau.
    Le malaxage à la main se fait toujours en diminuant la vitesse de brassage jusqu'à un mouvement très très très lent,
    pour permettre aux bulles emprisonnées de remonter en surface et "d'éclore".
    - On ne "fouette" pas le mélange ... logique ... plus tu fouettes, plus tu incorpores de l'air.

    Le remplissage du contenant se fait en un seul et même point,
    le plus proche possible du bord du contenant, et ce jusqu'à la fin du remplissage.
    il ne faut surtout pas remplir en induisant un mouvement de "balayage" toujours dans l'idée de laisser le temps aux bulles d'air
    emprisonnées dans le mélange, d'éclore en faisant surface.
    Une bulle qui est en train de refaire surface, si elle reçoit un nouveau flux de matériau sur la tête,
    elle replonge et ainsi de suite et on en sort plus, dons très très important remplissage sur un seul point le plus proche possible du bord.

    - Le flux de matériaux déversé dans le moule doit être le plus fin possible,
    n'hésitez pas à donner de la hauteur entre le récipient et le moule, plus vous versez de haut,
    plus le flux de matériau s'affine et donc sur ce principe, une grosse bulle éclora d'elle même dans le flux de déversement
    avant même d'arriver au moule ... encore logique, mais nul besoin d'utiliser un escabeau pour prendre de la hauteur,
    on reste raisonnable, le versement à une vingtaine de centimètres du contenant est très largement suffisant pour obtenir
    un flux suffisamment fin qui permettra l'éclosion des bulles emprisonnées.  

    Exemple de remplissage ... observez la taille du flux ... et là, j'accélère un peu car je suis en fin de remplissage  a019
    Une chose également importante lors du remplissage du moule, ne jamais verser le matériau directement sur la pièce,
    afin d'éviter les problèmes tels que les déformations et les bulles emprisonnées.  

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Voila pour la question sur le bullage du polyvinyle SANS malaxage sous vide.

    En ce qui concerne la coulée du revêtement et du plâtre ... c'est exactement la même chose et rigoureusement le même principe de base.
    Il y a cependant quelques spécificités mais mon bon Xavier je te les expliquerai lors de la réalisation de la anse chimérique de ce mortier.

    Je suis certain que les photos qui sont en cours de traitement sur cette étape de réalisation
    vont totalement t'éclairer sur la façon de limiter très fortement les problèmes de bullage de ces matériaux.

    Voilà voilà, ceci dit, ta question était très pertinente et fort à propos sur ce problème particulier.


    Dernière édition par Stearghall le Ven 25 Aoû 2017 - 14:03, édité 10 fois
    xavero63
    Maître
    Maître

    avatar

    Merci Philippe pour ces explications très précises et très bien expliquées a026a
    Je trouve que ce serait dommage de se lancer dans cette technique et de renoncer à cause de quelques bulles mal placées. a008
    Maintenant, plus d'excuses, on sait ce qu'il faut faire pour limiter le risque, encore faut-il en être conscient a004a
    Bon courage pour la suite
    Amitiés a014
    Xavier
    Stearghall
    Commissaire Général des Fontes
    Commissaire Général des Fontes

    avatar

    ID du message --> Réalisation de la anse chimérique.

    Message par Stearghall le Sam 5 Sep 2015 - 19:41

    a012

    II) - Réalisation de la anse chimérique.

    Toujours avec les plans réalisés par Jean-Claude à portée de vue ...

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    ... et des agrandissements pour une meilleure perception des reliefs et des volumes.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    1) - Réalisation du support de modelage.

    La anse de ce mortier, même à l'échelle du 1/36 ème, n'est pas une mince affaire, elle est très détaillée
    et difficilement manipulable sans support.
    Ce dernier est donc réalisé ici à l'aide de tube plastique, mais ce peut être en bois ou tout autres matériaux.
    Je limite volontairement la dimension de la portion en contact direct avec la pièce à sculpter à sa longueur définitive.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Cette petite section est collée à la cyanoacrylate sur ce que nous nommerons le manche de préhension.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    2) - Modelage de la anse chimérique.

    Le modelage de la anse va se décomposer en trois phases très distinctes :
    a) - La réalisation du corps même de la chimère, sorte de charpente de construction qui donnera la forme globale.
    cette partie sera réalisée en cire verte pour autoriser un contraste de visualisation des éléments du détaillage.
    b) - La mise en place des éléments de sculpture les plus proéminents comme notamment les écailles dorsales et les ouïes.
    c) - Le détaillage final des éléments les plus fins et sa finition avant moulage pour duplication.
    ces deux dernières phases seront réalisées à la cire rouge, toujours pour des raisons de perception des formes
    et volumes par contraste de teintes.

    La petite section de plastique est remplie de cire rouge pour permettre le contraste avec la cire verte de modelage.
    Le modelage s'effectue tout comme pour le chargement de la matrice de fraisage de la chambre,
    par apports de gouttelettes de cire chauffées.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Je ne vais pas vous faire un cliché pour chaque gouttelette de cire mise en place, donc on accélère un peu.
    Sur les clichés qui suivent, on remarque parfaitement bien "la charpente" de modelage de cette chimère en cire verte.
    avec laquelle la bouche a également été formée. La queue à double torsade est pour l'instant occultée.
    On se consacre au détaillage des parties proéminentes, les écailles dorsales et les ouïes.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Vient ensuite le détaillage des éléments fins comme notamment les petites écailles.
    Il est évident ici que les gouttelettes de cire doivent être non seulement très petites,
    mais aussi ni trop chaudes pour ne pas fondre l'environnement de pose,
    ni trop froides pour pouvoir se lier correctement au reste du modelage.
    Ce genre de travail n'est pas accessible à quelqu'un qui débute tout juste en technique de cire ajoutée,
    il faut une pratique de quelques bonnes centaines de gouttes avant de parfaitement maîtriser et la chauffe et le geste.
    On peut aussi faire un gros tas et tailler dans la masse, mais il sera alors impossible d'atteindre le même niveau de finesse d'exécution.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Vous remarquerez que la queue prend sa première torsade et que pour l'instant je ne travaille que sur un seul côté.
    La raison en est toute simple, il sera plus aisé de reproduire le côté déjà terminé que de modeler les deux côtés en même temps.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Le premier côté est maintenant quasiment terminé, la queue ne possède toujours qu'une seule de ses deux torsades.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Le deuxième côté de cette anse chimérique est maintenant "calqué" sur le premier,
    par apports des mêmes gouttelettes de cire de mêmes volumes, aux mêmes endroits ... en symétrie !

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    La queue de cette chimère prend sa deuxième torsade.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Le modelage est affiné selon inspiration, la bouche est retouchée.
    Il est important de préciser que cette anse est réalisée en s'imprégnant de photos macros de anses
    chimériques existantes ou dessins d'autres qui ont existées ... ce n'est pas du "au petit petit bonheur la chance",
    on s'efforce de coller au plus près de la réalité comme avec toutes les réalisations d'Arsenal,
    par un important travail de recherche effectué en amont, notamment sur les fondeurs de l'époque ...

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Le modelage de cette anse chimérique de mortier étant terminé.
    Je m'apprête maintenant à réaliser une coulée métallurgique de sauvegarde de ce travail.
    Cette coulée sera réalisée en bronze pour permettre de visualiser le rendu esthétique final.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    La suite ......................... bientôt a119


    Dernière édition par Stearghall le Ven 25 Aoû 2017 - 14:44, édité 9 fois
    Marco la frite
    Enseigne de Vaisseau 1ère classe
    Enseigne de Vaisseau 1ère classe

    avatar

    Salut Philippe
    Beau boulot
    Tu travailles avec une loupe?
    A la vue de tes photos : c'est tout petit
    Marco
    xavero63
    Maître
    Maître

    avatar

    Du grand art, tout simplement a021    a024
    a009
    Stearghall
    Commissaire Général des Fontes
    Commissaire Général des Fontes

    avatar

    a012

    Merci les amis

    Marco ---> à cette échelle ... oui ... mais je triche un peu, ce n'est pas vraiment ce qu'on pourrait appeler une loupe a001
    Marco la frite
    Enseigne de Vaisseau 1ère classe
    Enseigne de Vaisseau 1ère classe

    avatar

    Et puis il vaut mieux ne pas se louper a119
    Marco
    Stearghall
    Commissaire Général des Fontes
    Commissaire Général des Fontes

    avatar

    a012

    Xavier ---> suite de réponse à ta question sur le bullage des matériaux  a019

    II) - Réalisation de la anse chimérique.

    3) - Coulée métallurgique de sauvegarde en bronze.

    Cette étape de réalisation n'aurait pas été nécessaire pour la confection de deux mortiers,
    cependant face aux différentes manipulations que cette pièce va devoir affronter,
    je tente simplement de prévoir l'imprévisible en réalisant une copie de sauvegarde en métal.
    Cette copie me servira de prototype de moulage pour dupliquer les six pièces dont j'ai besoin pour la réalisation des 6 mortiers.  

    La tige de préhension est sectionnée et la pièce placée sur cône de coulée.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Afin de limiter fortement le bullage du matériaux réfractaire au contact de la pièce, on pratique un "noyautage",
    autrement dit, à l'aide d'un petit pinceau à poils souples, on enrobe la pièce de matériau réfractaire ce qui permet
    d'avoir une couche totalement exsangue de bulle au contact direct de la pièce à coulée.
    Cette technique s'avère très efficace lorsque l'on a pas la chance de posséder un appareil de malaxage sous vide.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Le cerclage du contenant est alors mis en place et le matériau réfractaire coulé.
    Ce matériau est exactement le même que celui utilisé lors de la réalisation de la chambre du mortier.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Pour ceux qui sont intéressés par plus de détails concernant les étapes de chauffe et coulée métallurgique,
    c'est ici   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Passage au four pour brûler la cire et éliminer le plastique.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    j'ai préféré réaliser moi même l'alliage de bronze utilisé pour cette coulée, ce qui me permet de coller aux réalités de l'époque
    avec un mélange contenant 90% de cuivre et 10% d'étain. Compte tenu de la faible quantité de métal à couler (20 grammes),
    j'ai été contraint de procéder à une fonte au chalumeau oxy/propane. le moule réfractaire est porté à 920°C.
    Le cuivre est porté en premier à son point de liquidus soit environ 1050°C, impossible à définir au °C près en fonte au chalumeau.
    A partir de cet instant tout se déroule très très vite, les 2 grammes d'étain sont placé dans le cuivre en fusion,
    il se disperse très très rapidement, la coulée est envoyée dans la foulée.
    Nous nommons cette coulée :"coulée en première fonte" car elle a été composée au départ non pas d'alliage, mais de métaux primaires,
    contrairement à la coulée en deuxième fonte qui elle, peut être composée d'alliage(s) déjà formé(s).

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Une fois la coulée totalement refroidi à l'air ambiant, la pièce est dérochée puis sablée.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

    Résultat de notre coulée de sauvegarde ... en bronze d'époque, pour cette anse chimérique de mortier.
    La pièce est ici brute de fonderie et n'a absolument pas été retouchée.
    Dimensions de cette anse chimérique : 12 millimètres de longueur X 5 millimètres de hauteur    
    Xavier ---> absence de bulle sur la pièce, ceci termine de répondre à ta question a020

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    La suite ... bientôt


    Dernière édition par Stearghall le Ven 25 Aoû 2017 - 15:09, édité 7 fois