Modélisme Naval Le RADOUB du PONANT
Bienvenue sur Le Radoub du Ponant
Vous ne pouvez à cet endroit visualiser qu'une infime partie des rubriques de notre site.
La consultation de la totalité de son contenu n'est accessible qu'après Inscription/Validation/Présentation.
Merci pour votre compréhension

Les Administrateurs du Ponant
Partagez | 
 

 La ligne de mouillage au XVIII et début XIX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
crabe

Ingénieur Général des Arsenaux

Ingénieur Général des Arsenaux

avatar


MessageSujet: La ligne de mouillage au XVIII et début XIX   Dim 16 Aoû 2015 - 12:06

a009

La ligne de mouillage au XVIII et début XIX

Les lignes de mouillage;

Mouiller et non comme il est souvent écrit; jeter l'ancre, n'a jamais été une petite affaire.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Sur le vaisseau de 74 canons,la remontée du câble d'ancre se faisait au tournevire.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Avec la double cloche de cabestan et 70 hommes par cloche.
A fur et à mesure de la remontée du câble rendu solidaire de la tournevire par des garcettes,
ce dernier était rangé en toué dans la fosse aux câbles. Voir Fig. 1.
Sur l'Hermione le personnel nécessaire était d'environ 70 hommes.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Faire marguerite dans le cas ou tout cela ne suffit pas, avec 3 ou 4 ou plus de palans pour aider à la manœuvre.
Les poulies frappées sur le câble d'ancre permettaient de soulager les cabestans.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Tour de bittes.Il est certain qu'en l’absence de barbotin,La procédure pour amarrer à poste les chaines d'ancre
devait être la même que pour les câbles d'ancre. Tour de bittes et bosses pour retenir les chaines.


       Le règlement de 1765 prévoit 6 ancres pour le vaisseau de 74.

L'ancre de miséricorde pèse 5 500 livres, soit 2 689,5 kg.
Le poids moyen de l'ancre est la moitié du poids de leur câble de 120 brasses.
Le poids du câble dépend de sa circonférence, et,
le câble d'ancre a pour circonférence la moitié de la longueur au maître-bau, exprimé en pouce (Source Page 104; T2)

       l'expérience fait connaître que le câble entier goudronné de 120 brasses pèse 10 200 livres, soit 4 987 kg,
donc les grosses ancres pèsent en moyenne 5 200 livres, soit 2 542 kg.

      Pour des bâtiments comme la Jacinthe (goélette) la grande ancre pèse 800 livres soit 391 kg,
et son câble une circonférence de 75 m/m, toujours pour 120 brasses, donc déjà beaucoup plus facile à "brasser".
       
      Et il n'est point sûr que l'évolution technique accompagnait obligatoirement ces petites unités de la marine.
Donc acte!

      Les progrès de la métallurgie se faisant dès le début du XIXème siècle, à une telle vitesse,
que la corderie royale cessa ses activités vers 1867, et la frégate Andromède, dernière construction bois,
fut mise sur cale en 1883, et heureusement abandonnée.

En aparté le CV de l'inventeur du barbotin.

Benoît Barbotin (1793-1871) était capitaine de vaisseau de la marine française, rescapé de La Méduse.
      il est l'inventeur de la cloche d'engrenage du cabestan (ou guindeau), appelée depuis communément le barbotin,
imprimé à la forme exacte des mailles de chaîne et servant à entraîner celle-ci en montée ou en descente.
Il est enterré au cimetière de Saint-Louis à Rochefort en Charente-Maritime.

Son invention changera du tout au tout l'art et la manière de mouiller ou de relever les ancres.

      Tant que la vapeur ou l'électricité ne viennent à suppléer l'homme, comme force motrice,
le cabestan à mèche renversée ou à double cloches remplaceront rapidement le tournevire et le câble d'ancre au profit de la chaîne d'ancre.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Extrait de l'atlas du SHD de Toulon de 1836.

Jean Randier parle des treuils de brassage, de levage des ancres entre autre mu par la vapeur dès le début du XIXème.
Ainsi que de l'un des premiers voiliers en fer construit en France et qui datent de 1868, dans son livre "Grands voiliers de France"

Les apparaux de mouillage ont sérieusement évolués avec la métallurgie, au même titre que la construction navale, et la vapeur.

une période intéressante pour le modéliste; navires mixte, à éperons, apparition de la marine au long cours, et j'en passe.
Revenir en haut Aller en bas
parellum

Inspecteur Général de la Marine

Inspecteur Général de la Marine

avatar


MessageSujet: Re: La ligne de mouillage au XVIII et début XIX   Dim 16 Aoû 2015 - 18:12

Merci Jean-Claude pour cet éclairage apporté sur les lignes de mouillage  a20c (dont ne bénéficiait pas ma modeste goélette de 1823 a018 )

Le XIX° est effectivement riche en évolutions technologiques, et l'on passe du bois au fer, de la force des bras à la vapeur, ...  

On en trouve d'ailleurs de nombreux autres exemples dans l'Atlas du Génie Maritime de Toulon (1858)


Amitiés  
Patrick
Revenir en haut Aller en bas
crabe

Ingénieur Général des Arsenaux

Ingénieur Général des Arsenaux

avatar


MessageSujet: Re: La ligne de mouillage au XVIII et début XIX   Dim 16 Aoû 2015 - 19:45

a009
@ parellum.
J'en ai touché 2 mots de nos modestes goélettes. Avec des ancres de 400 kg, il n'y avait pas de quoi fouetter un chat.
et Barbotin est venu à la bourre, donc à l'os, les ancres, on relèvent. a004b

@ Pascal:
140 hommes pour une ancre de 2,5 tonnes et un câble de 5 tonnes à relever, pas de quoi pavoiser,
surtout qu'ils n'en mouillaient pas qu'une, les lions.Ils aimaient bien affourcher. a020
Revenir en haut Aller en bas
Stearghall

Commissaire Général des Fontes

Commissaire Général des Fontes

avatar


MessageSujet: Re: La ligne de mouillage au XVIII et début XIX   Lun 17 Aoû 2015 - 0:16

a012

Superbe sujet une fois de plus qui m'a éclairé sur bon nombre de points pas très clair dans mes connaissances.

Quelques petits mélanges ont été mis à jour et rectifiés ... merci Shidoshi bien efficace ton sujet a020

Revenir en haut Aller en bas
ovl

Second Maître

Second Maître

avatar


MessageSujet: Re: La ligne de mouillage au XVIII et début XIX   Lun 17 Aoû 2015 - 10:38

Ben alors, fallait y aller à cette époque a140
heureusement aujourd'hui, on appuie sur le bouton et le guindeau fait le reste a021a
et on s'étonne que l'on devient paresseux a022
Revenir en haut Aller en bas
parellum

Inspecteur Général de la Marine

Inspecteur Général de la Marine

avatar


MessageSujet: Re: La ligne de mouillage au XVIII et début XIX   Lun 17 Aoû 2015 - 10:53

Jean-Claude a écrit:
J'en ai touché 2 mots de nos modestes goélettes. Avec des ancres de 400 kg, il n'y avait pas de quoi fouetter un chat.

Toujours les mêmes qu'on laisse de côté a018 pour satisfaire la SPA  pendant que d'autres    impunément : c'est pas juste a018

Amitiés  
Patrick
Revenir en haut Aller en bas
Glénans

Capitaine de Corvette

Capitaine de Corvette

avatar


MessageSujet: Re: La ligne de mouillage au XVIII et début XIX   Lun 17 Aoû 2015 - 11:50

Bonjour à tous, a009a

Merci Jean-Claude pour cet excellent sujet sur les "mouillages" du 18 - 19 ème siècles.

J'avoue humblement, ne pas connaitre toute ces informations qui me permettent maintenant de mieux comprendre.

En tout cas, quand je pense qu'il fallait 140 personnes pour remonter les 7.5 tonnes de matériel, c'est assez énorme, mais compréhensible.

Bonne journée.


Dernière édition par Glénans le Lun 17 Aoû 2015 - 12:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Glénans

Capitaine de Corvette

Capitaine de Corvette

avatar


MessageSujet: Re: La ligne de mouillage au XVIII et début XIX   Lun 17 Aoû 2015 - 12:58

a009

Voici les explications du "Tournevire" tirées du "Dictionnaire de la Marine à Voile" (de Bonnefoux & Paris, aux éditions René Baudouin - Difunat) :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Désolé je ne peux pas agrandir plus Je tenterai autre chose.

Bonne lecture.

Bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
crabe

Ingénieur Général des Arsenaux

Ingénieur Général des Arsenaux

avatar


MessageSujet: Re: La ligne de mouillage au XVIII et début XIX   Lun 17 Aoû 2015 - 13:30

a009
Voir en fig.2 le gros câble qui fait un tour mort autour du cabestan, qui va chercher le câble d'ancre avec les garcettes, en fig 1.
Je cherche une autre vue. a012
Revenir en haut Aller en bas
polchen57

Major

Major

avatar


MessageSujet: Re: La ligne de mouillage au XVIII et début XIX   Lun 17 Aoû 2015 - 15:22

Bonjour
Une belle présentation très bien documentée
140 personnes pour remonter les 7.5 tonnes de matériel, c'est assez énorme, mais compréhensible.
«Mais il est là » [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
LOL Pol
Revenir en haut Aller en bas
crabe

Ingénieur Général des Arsenaux

Ingénieur Général des Arsenaux

avatar


MessageSujet: Re: La ligne de mouillage au XVIII et début XIX   Lun 17 Aoû 2015 - 16:05

a009
On a un peu de mal à s'imaginer la problématique.
Quelques chiffres pour un 74 canons, et un équipage de 900 hommes; artillerie et boulets c'était 330 tonnes; les cordages 10 tonnes; les biscuits pour une campagne de 6 mois 80 tonnes, et n'embarquait que pour 3 mois d'eau, manque de place.
Revenir en haut Aller en bas
Glénans

Capitaine de Corvette

Capitaine de Corvette

avatar


MessageSujet: Re: La ligne de mouillage au XVIII et début XIX   Lun 17 Aoû 2015 - 23:04

Bonsoir à tous, a012

Selon les explications de Jean-Claude, on se demande où ils pouvaient "caser" 900 bonhommes sur un navire qui n'était pas immense, avec la nourriture (souvent réduite à sa plus simple expression, d'après les souvenirs de mes lectures pendant mon jeune âge), mais 80 tonnes quand même, plus l'armement et tout le reste !!!

C'était vraiment du délire de vivre dans une telle promiscuité pendant 6 mois !

Merci pour toutes ces informations.

Bonne nuit. a011
Revenir en haut Aller en bas
jeanbauduen

Premier Maître

Premier Maître

avatar


MessageSujet: Re: La ligne de mouillage au XVIII et début XIX   Mar 18 Aoû 2015 - 0:02

a009 Merci encore un post qui nous permet de découvrir, des manœuvres qui devaient être pénibles à l’époque et tous le mécanisme nécessaire. Amitié jean a013
Revenir en haut Aller en bas
parellum

Inspecteur Général de la Marine

Inspecteur Général de la Marine

avatar


MessageSujet: Re: La ligne de mouillage au XVIII et début XIX   Jeu 20 Aoû 2015 - 0:59

Bertrand a écrit:
on se demande où ils pouvaient "caser" 900 bonhommes

mais aussi les poules et les moutons     ... et le chat du capitaine  

Amitiés  
Patrick
Revenir en haut Aller en bas
ovl

Second Maître

Second Maître

avatar


MessageSujet: Re: La ligne de mouillage au XVIII et début XIX   Jeu 20 Aoû 2015 - 10:50

"caser" les 900 bonhommes: c'est simple a017 les conditions de vie à bord à cette époque n'était pas top pour l'équipage a022 , même déplorable
Revenir en haut Aller en bas
crabe

Ingénieur Général des Arsenaux

Ingénieur Général des Arsenaux

avatar


MessageSujet: Re: La ligne de mouillage au XVIII et début XIX   Jeu 20 Aoû 2015 - 12:08

a009
Si ça vous intéresse, je peut faire un méno sur la vie à bord; maladies, nourriture, etc. a009c
Revenir en haut Aller en bas
parellum

Inspecteur Général de la Marine

Inspecteur Général de la Marine

avatar


MessageSujet: Re: La ligne de mouillage au XVIII et début XIX   Jeu 20 Aoû 2015 - 17:53

+ 1

Amitiés a014
Patrick
Revenir en haut Aller en bas
 
La ligne de mouillage au XVIII et début XIX
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La ligne de mouillage au XVIII et début XIX
» Infanterie de ligne - Régiment n° 8 - Fin XVIIIème
» catalogue de timbre en ligne
» (Demi-)Attache de culotte coudée - XVIIIème
» AIFV 25mm 12/13 ligne ABL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Modélisme Naval Le RADOUB du PONANT :: Le RADOUB du PONANT - Construction d'Arsenal :: La Construction Navale-
Sauter vers: