Modélisme Naval Le RADOUB du PONANT

Toute la communauté du Radoub du Ponant
vous souhaite la bienvenue.
En fermant cette fenêtre contextuelle vous ne pourrez
consulter qu'une partie des rubriques de notre site.
La visualisation de la totalité de son contenu n'est accessible
qu'après inscription, validation de votre compte ET présentation.
Merci pour votre compréhension.

Modélisme Arsenal, Naval, Aérien, Terrestre et Autres.

    Mortier de 12 à plaque - 1856.

    Stearghall
    Commissaire Général des Fontes
    Commissaire Général des Fontes

    Stearghall

    Mortier de 12 à plaque - 1856. EmptyID du message --> Mortier de 12 à plaque - 1856.

    Message par Stearghall Jeu 27 Juil 2017 - 15:50

    Mortiers de 12 à plaque - 1856 - Fort de Fouras (17 Charentes Maritimes).

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M00110

    Le N°7. 2F. P. 4311K coulé à Ruelle en 1856, alors que le personnel et l'outillage de la Fonderie de Rochefort avaient été absorbé
    par la Fonderie de Ruelle quelques années auparavant, soit en 1841.  

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M00210

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M00310

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M00410

    De nos jours, l'obturation au mélange à la chaux de Wasselonne, de l'âme de ces deux mortiers,
    ne nous permet pas de constater qu'elle est bien de forme cylindro-conique,
    comme se devaient de l'être celles de ce type de mortier en service sur cette période.  

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M00510

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M00610

    Ce mortier étant daté de 1856, il fût le dernier type utilisé.
    L'inclinaison de l'axe de la bouche à feu sur sa plaque est de 42°30', contrairement aux mortiers de types antérieurs,
    comme par exemple celui de la galiote à bombes "La Salamandre" de 1752, qui étaient inclinés à 45°    

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M00710

    La lumière dépourvue de coupole de mise à feu à cette date,
    nous indique clairement que nous sommes en présence d'une âme de forme cylindro-conique.

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M00810

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M01010

    La jonction des coquilles du moule de fonderie, ici parfaitement visibles, "coupent" le mortier en deux.
    Il était en effet à l'époque quasiment impossible d'obtenir une jonction invisible
    de l'intrados des demi-coquilles du moule de fonderie, d'ou cet aspect "raccordé".
    Le mortier et sa plaque étant coulés de façon monobloc en une seule et même coulée,
    il ne pouvait en conséquence être usiné par tournage pour en régulariser les surfaces.
    Un grossier ébavurage manuel était alors réalisé sur la pièce pour la débarrasser de ses "défauts" de moulage et de fonderie.

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M01110

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M011a10

    Cliché également assez intéressant, car nous pouvons visualiser l'état de surface de ce mortier,
    qui semble taillé en facettes, nous montrant ainsi clairement comment était assemblée la patrice en bois du gabarit.  

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M01210

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M012a10

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M01310

    La bouche, son renfort et son couronnement ...

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M01410

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M01710

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M01510

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M01610

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M01810

    Le trait de visée.

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M02010

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M01910

    La jonction plaque/mortier, d'aspect uniforme sur toute la périphérie contrairement au type de 1765 à chambre poire,
    dont la jonction venait mourir jusqu'au bord de la plaque.

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M02110

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M02210

    Les quatre anneaux d'amarrage et manutention sont absents,
    mais nous pouvons toutefois aisément repérer leurs emplacements respectifs sur la plaque,
    les deux antérieurs étant situés plus en retrait du bord que ne le sont les deux postérieurs.

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M02310

    Le N°9. 2F. P. 4300K coulé à Ruelle en 1856

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M02410

    De conception bien évidemment totalement identique à son "jumeau" le N°7,
    il est aisé de remarquer sur ces deux mortiers l'aspect légèrement cratérisé de leur état de surface.

    Mortier de 12 à plaque - 1856. M02510

    Conclusion :

    J'achève ainsi cette revue de détails en concluant que certaines caractéristiques de ce mortier bien que très visibles à l'échelle 1/1
    ne pourront que très difficilement voir même pas du tout être représentées sur une maquette en réduction à l'échelle,
    comme par exemple son état de surface en facettes, représentatif de la construction du moule de fonderie.

    Une bonne représentation à l'échelle devra cependant clairement laisser apparaître la jonction des deux demi-coquilles du moule,
    chose quasiment irréalisable dès lors que le modèle à l'échelle de ce mortier est réalisé au tour à métaux,
    sauf à représenter cette jonction par soudure apportée ce qui sera chose ardue.
    La technique idéale de bonne représentation de ces mortiers sera donc sans conteste la coulée métallurgique
    et nécessitera un soin tout particulier au niveau de cette jonction des demi-coquille afin de permettre une visualisation
    cohérente qui soit bien en rapport de l'échelle de représentation.

    L'état de surface cratérisé ne pourra que très difficilement être représenté à l'échelle,
    mais il sera de bon ton de prendre soin à ne pas obtenir une surface modélisée totalement lisse,
    ces deux dernières observations étant bien évidemment également d'actualité pour les mortiers de type antérieur,
    qui étaient coulés selon les mêmes procédés et gabariage.