Modélisme Naval Le RADOUB du PONANT

Toute la communauté du Radoub du Ponant
vous souhaite la bienvenue.
En fermant cette fenêtre contextuelle vous ne pourrez
consulter qu'une infime partie des rubriques de notre site.
La visualisation de la totalité de son contenu n'est accessible
qu'après inscription, validation de votre compte ET présentation.
Merci pour votre compréhension.

Modélisme Arsenal, Naval, Aérien, Terrestre et Autres.

    SIPHON

    Partagez
    parellum
    Inspecteur Général de la Marine
    Inspecteur Général de la Marine

    avatar

    ID du message --> SIPHON

    Message par parellum le Ven 26 Aoû 2016 - 12:03

    SIPHON - Dictionnaire de Marine Ième Edition - 1736 - H. Bicker.

    Définition : (texte réadapté en Français actuel)
    L'astérisque * indique un lien actif.

    SIPHON, puchot, eschillon, trombe,
    pompe de mer, grain de vent, typhon, dragon.

    C'est un orage dans lequel l'eau de la mer s'élève comme une colonne à la hauteur de cent brasses,
    et tournoie en spirales par une largeur de quinze à vingt pieds de diamètre,
    à la manière d'un siphon, d'une vis d'Archimède, une sorte de tourbillon géant de vents violents,
    qui se forme dans un même lieu, dans une nuée opaque trop ardemment chauffée par les rayons du Soleil
    et qui attire l'eau de la mer jusqu'au plus haut de l'air.
    On ne voit d'abord paraître en l'air qu'une petite nuée de la grosseur d'un poing,
    Puis on voit sortir de cette nuée comme une trompe, composée de la matière de la même nuée
    dans laquelle ce tourbillon est enfermé.
    Cette trompe va toujours en diminuant et en s'allongeant puis elle descend en tournoyant
    sans pourtant quitter la nuée, jusqu'à tremper son extrémité dans la mer.
    Elle aspire et enlève plus gros qu'une maison d'eau, qu'elle porte si haut dans l'air,
    que quand ce nuage crève sur un vaisseau c'est avec une telle violence que bien souvent il le fait couler bas.

    Ceux qui naviguent sous la Ligne et entre les Tropiques trouvent souvent le Siphon.
    Il vient du côté du Sud au Cap de Bonne Espérance, aux côtes de Barbarie et aux plages Orientales de l'Amérique.
    Les mariniers l'appellent Dragon ou Grain de vent, les Levantins le nomment Typhon ou Siphon.
    Puchot est un terme bas d’argot, de matelot du Levant* qui naviguent à l'Amérique
    et qui signifie une nuée noire d'où sort une longue queue. On l'appelle encore Pompe de mer ou Eschillon.

    Les matelots craignent fort ce tourbillon, et sitôt qu'ils le découvrent,
    ils brouillent toutes les voiles jusqu'à ce qu'il soit passé.

    La superstition de ceux qui craignent cette nuée fait qu'ils piquent dans le mât un couteau à manche noir,
    persuadez qu'en faisant cela ils détourneront l'orage, et du temps de Pline l'Ancien*,
    les matelots versaient du vinaigre pour apaiser ce tourbillon quand il approchait.
    Aujourd'hui ils croient le repousser en ferraillant et en escrimant sur le tillac* avec grand bruit.

    Dans ces occasions la piété des matelots Catholiques leur fait dire l’Évangile de Saint Jean
    pour dissiper le Siphon et pour les matelots Protestants ils croient qu'il suffit de serrer les voiles.
    Ce Siphon est ordinairement suivi de grandes pluies.
    On peut bien connaître que cet article a été emprunté d'un Auteur Catholique,
    qui comme tous les autres Catholiques ne voudrait pas accorder la moindre ombre de piété aux Protestants,
    mais l'expérience fait assez connaître que ceux-ci savent un peu mieux les Évangiles,
    et qu'ils les ont mieux lus que les Catholiques, et on les lit ordinairement sur leurs vaisseaux.
    Je ne sais si les Catholiques oseraient se vanter qu'on les lit aussi sur les leurs.