Modélisme Naval Le RADOUB du PONANT

Toute la communauté du Radoub du Ponant
vous souhaite la bienvenue.
En fermant cette fenêtre contextuelle vous ne pourrez
consulter qu'une infime partie des rubriques de notre site.
La visualisation de la totalité de son contenu n'est accessible
qu'après inscription, validation de votre compte ET présentation.
Merci pour votre compréhension.

Modélisme Arsenal, Naval, Aérien, Terrestre et Autres.

Portail! Contribuez à la vitrine de notre site! C'est ICI !!

    VERGUE D'ARTIMON

    Partagez
    Stearghall
    Commissaire Général des Fontes
    Commissaire Général des Fontes

    avatar

    ID du message --> VERGUE D'ARTIMON

    Message par Stearghall le Ven 26 Aoû 2016 - 11:20

    VERGUE D'ARTIMON - Dictionnaire de Marine - 1742 - Henrik Bicker

    Définition : (texte réadapté en Français actuel)
    L'astérisque * indique un lien actif.

    VERGUE, baleston.

    C’est une pièce de bois longue et arrondie qui est une fois plus grosse au milieu qu'aux extrémités.
    On la pose quarrément par son milieu sur le mât* vers les racages*.
    Elle sert à porter une voile et quelquefois plusieurs lorsqu’on met à ses extrémités,
    de gros anneaux avec des bout-dehors*, pour appareiller* les bonnettes en étui*.
    Les Vergues doivent être dans leur milieu beaucoup plus épaisses qu'aux extrémités.
    Par chaque pied de longueur qu’elles ont, elles doivent avoir un quart de pouce d’épaisseur dans leur milieu,
    excepté la Vergue de foule* qui n'a pas besoin d’être si forte, parce qu’elle ne sert qu’à border le perroquet de foule*.
    L’épaisseur des extrémités des Vergues doit être des deux cinquièmes de l'épaisseur du milieu.

    VERGUE D'ARTIMON, Baleston d'artimon.

    La Vergue d'artimon est une Vergue latine qui se met de biais, ou de travers, comme les Vergues d’une galère*.
    La Vergue d'Artimon doit être d'une longueur intermédiaire à celles de la Grande Vergue* et de la Vergue de misaine*.
    On tient cette Vergue aussi longue que possible, néanmoins elle ne dépasse jamais la longueur de son mât
    que d’un pied ou deux, de crainte que par son bout d’en bas elle n’embarrasse la manœuvre du grand mât
    et que par son bout d'en haut elle ne s’agite trop et ne contribue à faire tourmenter le vaisseau.
    Elle est de travers pour prendre mieux le vent et pour faciliter la prise au vent des voiles qui sont devant.
    Placé ainsi elle a également besoin de moins de cordages pour être manœuvrée.