Modélisme Naval Le RADOUB du PONANT

Toute la communauté du Radoub du Ponant
vous souhaite la bienvenue.
En fermant cette fenêtre contextuelle vous ne pourrez
consulter qu'une infime partie des rubriques de notre site.
La visualisation de la totalité de son contenu n'est accessible
qu'après inscription, validation de votre compte ET présentation.
Merci pour votre compréhension.

Modélisme Arsenal, Naval, Aérien, Terrestre et Autres.

    VERGUE - GRANDE VERGUE

    Partagez
    parellum
    Inspecteur Général de la Marine
    Inspecteur Général de la Marine

    avatar

    ID du message --> VERGUE - GRANDE VERGUE

    Message par parellum le Ven 26 Aoû 2016 - 12:01

    GRANDE VERGUE - Dictionnaire de Marine IIIème Edition - 1747 - H. Bicker.

    Définition : (texte réadapté en Français actuel)
    L'astérisque * indique un lien actif.

    VERGUE, baleston.

    C’est une pièce de bois longue et arrondie qui est une fois plus grosse au milieu qu'aux extrémités.
    On la pose quarrément par son milieu sur le mât* vers les racages*.
    Elle sert à porter une voile et quelquefois plusieurs lorsqu’on met à ses extrémités,
    de gros anneaux avec des bout-dehors*, pour appareiller* les bonnettes en étui*.
    Les Vergues doivent être dans leur milieu beaucoup plus épaisses qu'aux extrémités.
    Par chaque pied de longueur qu’elles ont, elles doivent avoir un quart de pouce d’épaisseur dans leur milieu,
    excepté la Vergue de foule* qui n'a pas besoin d’être si forte, parce qu’elle ne sert qu’à border le perroquet de foule*.
    L’épaisseur des extrémités des Vergues doit être des deux cinquièmes de l'épaisseur du milieu.


    GRANDE VERGUE, Grand baleston.

    La Grande Vergue doit avoir les sept seizièmes de la longueur et de la largeur du vaisseau.

    Par exemple:

    La Grande Vergue d’un vaisseau de 180 pieds de long de l'étrave* à l'étambord*,
    et 45 pieds de large, doit avoir 98 pieds de long.

    Une autre méthode de calcul donne de longueur à la Grande Vergue deux fois la largeur avec une fois le creux* du vaisseau.
    On ne la tient pas plus grande à cause de la difficulté qu’il y aurait à la manœuvrer, et de la facilité qu’elle aurait à se rompre,
    outre le fait qu'en cas de gros temps, elle ferait trop tourmenter le vaisseau, mais on ne la fait pas plus petite,
    parce que l’expérience a fait connaitre qu’il la faut tenir aussi grande qu’il se peut,
    vu que plus les voiles prennent de vent et mieux le vaisseau file.